A.L.F. Film événement : pour la première fois, une fiction traite du militantisme de la cause animale.

Ce film, tout en nuance et en émotion, rend hommage aux militants de la cause animale qui luttent contre les souffrances infligées aux « sans-voix ».

Ce film de Jérôme Lescure, déjà largement primé, est à faire connaître sans modération.

“A.L.F” sortira le 7 novembre 2012 dans les salles françaises.

>> Consulter la liste des villes qui l’ont déjà programmé.

Pour la première fois, un scénario rendant hommage au militantisme de la cause animale sera traité sous la forme d’une fiction. Contrairement à ce que peut laisser supposer son affiche, c’est tout sauf un film “choc”. L’action se déroule avec beaucoup d’humanisme, de nuances et d’émotions. Les actrices et les acteurs sont remarquables.

Nous en profitons pour féliciter son auteur, Jérôme Lescure ; militant actif de la cause des “sans-voix”. Jérôme est aussi connu pour son court-métrage anti-corrida accablant “Alinéa 3”.

Jérôme a bien compris que les animaux ne peuvent exprimer leur souffrance par la parole. Heureusement il existe des femmes et des hommes qui les défendent de manière désintéressée, malgré l’ironie et une forme de mépris de la part de certains…En cela, cette cause est noble, courageuse et généreuse.

Bonne chance au film “A.L.F.” et à Jérôme Lescure ! Son succès sera amplement mérité, et il ne dépend que de votre présence en salle.

Tout sur ce film évènement grâce au lien ci-dessous :

www.alf-lefilm.fr

>> télécharger l’affiche du film

 

 

Alain Afflelou signe le manifeste de la FLAC. Bien vu !

Malgré le déchainement des taurins contre Alain Afflelou, celui-ci ne se laisse pas intimider et rejoint les anti-corridas. En effet, associer sa prestigieuse marque à ces spectacles barbares et dégradants n’était pas tolérable. Merci aux réseaux sociaux d’avoir mis en lumière ce partenariat indigne.

Les médias ont relayé cette signature.

 http ://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/07/21/,1091874.php

http ://www.lejpb.com/paperezkoa/20120724/353691/fr/A-Afflelou-contre-les-corridas

Lettre ouverte : réponse de Hubert Montagner à M. William Lucas

 Monsieur,

Je ne peux accepter votre texte “Pour en revenir aux propos de Monsieur Montagner” car il est fondé sur des amalgames désobligeants, malhonnêtes et diffamatoires. Quant au docteur PON, votre référence, il a triché et commis un faux. On verra les conséquences.

Tout d’abord, je n’ai jamais évoqué votre “état d’esprit complètement ravagé par la mafia taurine”, et je n’ai jamais insulté vos parents pour vous “avoir amené… voir un spectacle barbare qui forme les enfants à la violence”.  Ces mots et jugements ne font pas partie de mon vocabulaire, de ma personnalité, de ma mentalité ni de ma philosophie. En outre, je ne vous connais pas et j’ai à priori le plus grand respect pour vos parents… plus généralement pour tous les parents et toutes les familles. C’est aux personnes qui vous ont écrit qu’il faut répondre.  

Tant mieux si votre “vie d’adolescent” n’a pas été perturbée par “aucunes peurs, aucuns blocages affectifs, états d’anxiété, angoisses et désordres psychophysiologiques” (je cite). Mais, que vous le vouliez ou non, le spectacle de la souffrance animale est très insécurisant, anxiogène et/ou angoissant pour de nombreux enfants, surtout les plus fragiles et vulnérables (je vous renvoie à mes publications et livres). En conséquence, j’ai décidé de combattre toutes les formes de violence qui sont infligées aux animaux et qui peuvent générer ou renforcer les difficultés psychologiques des enfants, y compris la tauromachie. J’ai vu des enfants traumatisés par les blessures dues aux  banderilles, par le sang qui coule et par la mise à mort de taureaux dans l’arène. Tous n’étaient pas accompagnés par un adulte rassurant et sécurisant… c’est le moins qu’on puisse écrire.

Vous me calomniez et vous m’injuriez quand vous écrivez que je suis le “chef d’orchestre de cette nouvelle campagne de propagande qui vise à manipuler l’opinion des gens à travers des écrits mensongers qui sont fondés sur de faux arguments sortis d’on ne sait où”. Cette accusation mensongère est grave. En réalité, j’ai accepté de faire partie du comité d’honneur de la FLAC parce que son combat contre la violence de la corrida rejoint le mien contre les violences de toutes “natures”, que la victime soit un humain ou un animal. Pour moi, il n’y a pas de violences qui seraient acceptables et “nobles”, et  et de violences qui ne le seraient pas. Je ne saurais me substituer aux dirigeants de La FLAC, ni à ses militants. Parfaitement responsables, ils prennent leurs décisions en toute indépendance dans un combat qui les honore. Ils n’ont pas besoin d’un “chef d’orchestre”.

Quant à mes écrits qui seraient mensongers, c’est une accusation grave. Je vous mets au défit d’étayer un tel jugement. En fait, vous essayez de vous dédouaner par des amalgames aberrants et insensés en dénonçant les spectacles télévisuels “avec tous ces jeux 0ù les candidats sont sélectionnés suivant leur niveau de débilité ou d’agressivité, les chaînes espérant ainsi le clash qui fera “péter l’audimat” ou comme on dit maintenant le “Buzz”. Quelle vulgarité ! Pourquoi regardez-vous ces spectacles ? Il suffit de changer de chaîne, de lire un livre, de participer à un jeu de société, de jouer avec vos enfants ou d’autres… Pourquoi ne protestez-vous pas auprès des directeurs de chaîne ?  Faites comme moi… ne les regardez pas. Mais, apparemment, vous êtes un spectateur assidu de ces émissions “débiles “ et “agressives”, et aussi, semble t’il, “des tueries collectives organisées par des gosses influencés par leur console de jeu”. Je ne vous ai pas attendu pour m’élever contre les tueries en SYRIE et ailleurs, contre l’exploitation des enfants et contre les violences aux personnes de tout ordre dans la société française (et ailleurs). Je pense que je connais mieux que vous ce qui se passe en classe et à l’école. Je n’ai jamais hésité à dénoncer les différents facteurs et événements qui peuvent engendrer des conduites violentes chez les enfants dans leurs différents lieux de vie. Décidément, vous mélangez tout quand vous posez la question “allaient-ils aux corridas ?” au sujet des enfants qui ont commis des actes de violence. Je ne vois pas la pertinence d’une telle interrogation. Elle n’a aucun sens. Je vous suggère de poser la question “allaient-ils aux corridas ?”  pour les “enfants-soldats” qui font la guerre et tuent (que l’on contraint à faire la guerre et à tuer), notamment à l’UNICEF.

Avant d’écrire n’importe quoi, vous seriez bien inspiré de vous informer et, si possible, de réfléchir un peu sur la condition humaine. Même si vous ne lisez pas de publications ou de livres, vous pouvez consulter les sites internet appropriés ou simplement, puisque je suis concerné, former mon nom dans la fenêtre google ou yahoo de votre ordinateur. 

Vous ne manquez pas de souffle en m’accusant “d’utiliser votre statut de psychologue pour donner des leçons” et en m’intimant de me proclamer  “défenseur des animaux”. Au nom de qui, de quoi et de quel droit voulez-vous m’enfermer dans une telle case  ? Si vous étiez mieux informé et plus honnête, vous sauriez que je défends à priori toutes les formes de vie, y compris la vie animale (ma discipline, la psychophysiologie, fait partie des neurosciences), sans éprouver le besoin de “’donner des leçons”.

Quant à “laissez nos enfants tranquilles”, je ne suis pas de ceux qui portent atteinte à la tranquillité des enfants. Vous feriez mieux de vous préoccuper des enfants qui fréquentent les écoles de tauromachie 0ù on leur apprend à tuer, surtout quand ils n’ont rien demandé, et plus encore quand ils ont été contraints de s’y rendre. Il serait étonnant qu’ils soient tous tranquilles. 

Quant à ma réponse à Monsieur HINTZY, je l’ai informé que je ne l’avais pas attendu pour apporter ma contribution, certes modeste mais entière, non pas seulement à “l’aide alimentaire dans la corne de l’Afrique” et au “droit à l’éducation pour tous les enfants”, mais aussi au droit à la santé, à la sécurité affective et à un toit, non seulement dans cette région, mais aussi dans d’autres pays africains et ailleurs. J’ai contribué à la formation d’étudiants africains, brésiliens… dans les domaines du développement de l’enfant, de ses conduites, de ses systèmes de communication, de ses rythmes et de ses capacités d’adaptation non seulement en France mais aussi en Afrique, au Brésil…

Monsieur, je pourrais demander réparation à la justice pour diffamation et injures. Je ne le ferai pas, car votre écrit est pathétique. Apprenez à respecter autrui et vous serez alors digne de respect.

Je vous plains.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués

Hubert MONTAGNER    dr ès-sciences

Professeur des Université en retraite

ancien Directeur de Recherche à l’INSERM

ancien Directeur de l’unité “enfance inadaptée” de l’INSERM

 

  >> téléchargez la lettre de M. Hintzy, directeur de l’UNICEF, qui, en réponse à Hubert Montagner, annonce que l’UNICEF ne participera plus à la “féria des enfants” et reconnait ouvertement que la lutte contre la cruauté de la corrida est un “honorable combat”.

 

 

 

Deux grandes figures du féminisme rejoignent la FLAC

Quand la lutte contre les violences faites aux femmes rejoint le combat contre la cruauté des corridas.

Fadila MEHAL, Présidente des “Marianne de la diversité” et Olivia CATTAN, Présidente de “Paroles de femmes”, intègrent notre Comité d’Honneur.

La FLAC les a rencontrées au cours de la soirée « Appel à la résistance » qu’elles ont organisée le 6 mars 2012. Ces deux femmes exceptionnelles sont ambassadrices en France de la lutte pour l’égalité hommes / femmes. Il n’a pas fallu longtemps pour les convaincre de rejoindre notre combat contre les violences des arènes. En matière de barbarie, tout est lié, et nous ne cessons d’affirmer que les souffrances ne sont pas opposables mais s’additionnent.

A ceux qui font une classification dans la lutte contre les violences, nous proposons de relire notre argumentaire, notamment l’argument N°1.

Fadila Mehal et Olivia Cattan l’ont bien compris : il n’est pas question de classifier les différentes cruautés dont l’homme est capable. Il est facile de se réfugier derrière une comparaison des exactions quand on ne fait rien. C’est l’argument type de ceux qui n’agissent pas.

L’horreur ne doit pas être comparée, mais combattue, et chaque action allant dans le sens de son éradication doit être encouragée, que ce soit envers les femmes, les enfants, les handicapés, les plus pauvres ou les plus noirs, les plus ceci ou les plus cela…  ou les animaux. A chaque fois, ce sont les plus faibles qui font les frais de ces stratégies de domination.

C’est la philosophie qui nous anime à la FLAC depuis 1993.

Deux femmes qui comptent dans la lutte pour la justice et l’égalité, que nous sommes fières et fiers à la FLAC d’avoir à nos côtés.

Mesdames, merci pour votre soutien et bravo pour vos actions.

 

La FLAC travaille avec tous les acteurs de la lutte contre la violence tauromachique. Si vous aussi vous pensez qu’il y a de la place pour tout le monde dans ce combat, aidez-nous ou  rejoignez-nous. Nous avons besoin de vous.

 

 

 

Un scandale supplémentaire : ils ont osé falsifier un collectif de psychiatres.

La FLAC met à jour un nouveau scandale du milieu tauromachique.

L’ONCT, à cours d’arguments, n’hésite pas à utiliser le nom de psychiatres à leur insu.

 

Ce petit groupe de lobbyistes taurins  n’en est pas à sa première manipulation. Déjà en 2010, le même “observatoire  national des cultures taurines” -qui n’a rien de national- avait inventé une liste d’élus soi-disant favorables à la corrida, dont certains étaient morts ou totalement opposés à cette pratique cruelle. (lire l’article « Ils font même parler les morts »)

Aujourd’hui leurs membres récidivent de manière plus grave, puisqu’ils s’en prennent directement à l’impact de ces spectacles sur le développement de nos enfants.

Nous connaissons la position quasi-unanime du milieu psychiatrique pour dénoncer l’aspect traumatisant dû à la cruauté et à la violence de la corrida. Les prises de position de nombreux psychiatres et spécialistes de l’enfance, psychophysiologistes mondialement reconnus comme le Professeur Hubert Montagner ou le collectif de psychiatres opposés à la tauromachie, sont pourtant très claires.

C’est cette évidence que l’ONCT refuse d’accepter. Et pour se défendre, comme il n’a aucun soutien chez les spécialistes reconnus en pédopsychiatrie, ce groupe peu scrupuleux s’est tout simplement inventé des partisans. L’ONCT, avec la complicité du Docteur Joël Pon de Toulouse, a établi une liste de 141 psychiatres du Sud de la France – notamment dans la région toulousaine- et décrété que tous soutenaient le « rôle éminemment formateur auprès des enfants » attribué à la corrida (sic).

Malheureusement pour lui, la FLAC a enquêté… et a découvert le pot aux roses.

Après avoir contacté l’ensemble de ces psychiatres, il s’avère que :

  • la liste contient 141 noms, et non pas 150,
  • 2 psychiatres n’existent pas (MM. Gaussaresse et Ranoux),
  • sur 91 réponses reçues,  51 médecins cités n’ont pas signé ce texte. Ils y sont soit totalement opposés (à 54 %) ou ne souhaitent pas se prononcer en faveur de ce texte (11 %),
  • 11 psychiatres (12 %) sont défavorables au procédé utilisé par l’ONCT sans contester le texte,
  • sur la liste des 141, seuls 20 psychiatres (soit 21 % des réponses) confirment les propos de Joël PON (généralement ce sont ses amis personnels),

79 % des 91 médecins interrogés ne cautionnent donc pas ce texte tel qu’il est présenté.

Cette attitude prouve un mépris absolu de la déontologie du corps médical : l’ordre des médecins sera interpelé, l’utilisation abusive du nom de ces spécialistes va donner lieu à un recours auprès de l’ordre national.

>> Lire le communiqué de l’ONCT et découvrir la liste falsifiée

>> Lire le texte indigné et très fort du Professeur Hubert Montagner à propos du communiqué de l’ONCT

C’est toujours ce même ONCT qui a permis l’inscription de la corrida à l’inventaire du Patrimoine Immatériel Culturel de la France. C’est dire si cette inscription a été faite sérieusement…