Renaud honoré pour sa carrière et son combat contre la corrida !

Renaud est revenu à Bourges pour la dixième fois de sa carrière le 24 avril 2024. Cette fois, ce n’était pas pour se produire sur scène, mais pour recevoir la médaille de la ville de Bourges, des mains du maire Yann Galut en personne. Cette cérémonie était privée à la demande du chanteur. En dehors des membres du conseil municipal et de personnalités locales en lien avec le Printemps de Bourges, seul le bureau de la FLAC était présent à la demande du maire.  Et pour cause :  Thierry Hély, président de la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas, était en entente parfaite avec le maire de Bourges qui partage les mêmes convictions humanistes et anticorrida.

Tout a commencé avec le tour final de désignation de la Capitale européenne de la culture en 2028. Quatre villes restaient en lice, dont Montpellier (en région taurine) et Bourges. La FLAC avait adressé aux quatre maires un courrier leur demandant de se positionner sur le sujet de la corrida et en particulier sur l’accès des mineurs à ces spectacles sauvages et sanglants. Seul Yann Galut avait répondu, avec enthousiasme le jour même :  “Je tiens à vous indiquer que je réprouve totalement la pratique de la corrida au-delà de la présence des enfants. Un échange de messages chaleureux s’en était suivi. Bourges a finalement été élue et l’un des premiers à féliciter le maire a été Renaud en personne pour sa prise de position contre la corrida. Le maire étant un grand admirateur du chanteur depuis toujours et ce dernier étant membre du Comité d’Honneur de la FLAC, Yann Galut eut l’idée de nous rencontrer à la mairie de Bourges dans la mesure où Thierry Hély entretient une relation amicale avec Renaud depuis 2007. La date idéale a vite été trouvée : en plein Printemps de Bourges 2024.

Renaud et sa compagne Cerise sont arrivés au Salon d’honneur de la mairie à l’heure dite, accueillis par une salve d’applaudissements. Yann Galut a pris la parole en premier, avec une joie certaine et une émotion partagée par tous : “J’ai grandi politiquement et humainement avec vous”. Thierry Hély a remercié Renaud pour tous ses engagements  pour des causes humanistes, soulignant que lorsque qu’on est humaniste, on est forcément anticorrida. Renaud a répondu sobrement : “C’est un grand bonheur de recevoir cette médaille. Merci à tous”. Roger Lahana, secrétaire fédéral de la FLAC et président de No Corrida, a offert un tee-shirt de son association à Renaud.

Puis Renaud s’est prêté aux regards des photographes – quelques professionnels et beaucoup d’amateurs tout simplement fans de ce très grand artiste qui a accompagné, pour certains, toute notre vie. Il a signé des autographes et écrit quelques mots dans le Livre d’Or, rejoint par plusieurs autres personnes à commencer par les trois représentants de la FLAC.

Merci au maire de Bourges et à Renaud pour ce grand moment !

Texte : R. Lahana

Photos : R. Lahana et S. Lahana

Renaud reçoit la médaille de la ville de Bourges pour sa brillante carrière et son engagement contre la cruauté des corridas

COMMUNIQUE DE LA FLAC

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Le 24 avril prochain, en plein Printemps de Bourges, Yann GALUT, Maire de Bourges, ville désignée Capitale européenne de la culture, remettra, en présence d’une délégation de la FLAC, la médaille de la ville au chanteur RENAUD pour sa brillante carrière et son combat contre la cruauté des corridas.

Article paru dans “Le Berry Républicain”  : https ://www.leberry.fr/bourges-18000/loisirs/le-chanteur-renaud-va-recevoir-la-medaille-de-la-ville-durant-le-printemps-de-bourges_14488462/

Merci.

Thierry HELY
Président de la FLAC

 

(attention, évènement privé, inscriptions closes)

Disparition de Robert Badinter

Robert Badinter est mort dans la nuit du 8 au 9 février 2024, à l’âge de 95 ans. Mondialement connu pour avoir obtenu l’abolition de la peine de mort en 1981, il avait aussi agi sur d’autres sujets de société majeurs, tels que la lutte contre l’antisémitisme et celle contre l’homophobie.

Robert Badinter fut l’un des cosignataires de la première PPL déposée au Sénat visant à abolir la corrida. Déposée en mai 2011, cette PPL transpartisane ne fut pas mise à l’ordre du jour, comme c’est le plus souvent le cas. Mais elle a été symboliquement importante de par la signature de Robert Badinter, alors même que battait le scandale de l’inscription en catimini de la corrida au patrimoine culturel français (inscription qui allait être considérée comme abrogée quelques années plus tard).

Robert Badinter a déclaré en octobre 2022 : « La corrida est une des expressions de la culture du sang et de la mort. Ce ne sera jamais la mienne ».

L’intelligence, l’humanisme profond et l’engagement de cet homme juste vont nous manquer. Nos pensées vont vers ses proches, dont son épouse Elisabeth, également anticorrida, membre du Comité d’honneur de la FLAC et signataire de son manifeste.

Yannis Ezziadi, un porte-parole taurin bien encombrant…

A l’occasion de l’affaire “Gérard Depardieu”, la presse et certaines personnalités signataires de la fameuse Tribune soutenant l’acteur, découvrent l’auteur de celui qui l’a rédigée : un certain Yannis Ezziadi, bien connu pour être, entre autres, un promoteur des corridas sanglantes.

Après avoir pris connaissance du “personnage”, un grand nombre d’artistes de renom, et pas des moindres, se retirent de cette Tribune. La raison essentielle : son appartenance à la mouvance d’extrême-droite.

Une petite précision non négligeable : environ 35 % des signataires de la Tribune de Yannis Ezziadi sont amateurs de cette pratique barbare particulièrement machiste

Un article de Thierry Hély, président de la FLAC, à retrouver dans son intégralité sur le site de Savoir Animal.

Capitale Européenne de la Culture 2028 : la FLAC pour des candidatures contre la corrida

19 personnalités de la culture demandent aux 4 maires finalistes pour la Capitale européenne de la culture de se positionner sur la corrida

La Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (FLAC) profite de la venue de la ministre de la Culture Rima Abdul Malak ce samedi à Montpellier et Sète pour renouveler son appel à ce que les trois présidents des métropoles de Clermont-Ferrand, Montpellier, Rouen et au maire de Bourges de se positionner sur la corrida dans le cadre de leur candidature au titre de capitale européenne de la culture 2028. Pour appuyer leur demande, à laquelle un seul de ces élus à répondu, une vingtaine de personnalités s’y associent.

Trois questions

Le 13 décembre prochain, Bourges, Clermont-Ferrand, Montpellier ou Rouen sera désignée capitale européenne de la culture. Pour la FLAC, il est inconcevable que ces collectivités associent culture et corrida. « Notre Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas ainsi que les personnalités du monde de la culture signataires, estiment que mettre à mort un animal après de longs sévices juste pour le divertissement ne peut en aucun cas s’assimiler à de la culture. Par conséquent, nous aimerions connaître la position des présidents des trois Métropoles candidates au titre de Capitale européenne de la culture » expliquent-ils.

À lire aussi

C’est pourquoi un questionnaire a été envoyé à Olivier Bianchi (Clermont-Ferrand), Michaël Delafosse (Montpellier), Yann Galut (Bourges) et Nicolas Mayer-Rossignol (Rouen). Trois questions leur ont été posées : « Pensez-vous que soutenir la corrida serait un atout ou, au contraire, un handicap, sachant qu’une majorité de députés européens s’opposent aux subventions qui leur sont allouées et que 87 % de français qui demandent son interdiction selon un sondage IFOP (2022) ? », « Pensez-vous qu’en raison de la dimension éthique qui ne manquera pas d’être prise en considération, une absence de positionnement de votre part sur cette question serait contre-productive en termes d’image pour votre ville à l’échelle européenne et même nationale ? » et « Pouvez-vous nous donner votre position sur les mineurs assistant aux corridas sachant que le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, en 2016, a demandé à la France leur mise à l’écart en raison du caractère cruel et violent de ce spectacle ? ».

Pour l’heure, seul le maire de Bourges Yann Galut s’est déjà positionné fermement contre la corrida. Plusieurs personnalités du monde de la culture comme Annie Ernaux, Yann Arthus-Bertrand ou Guillaume Meurice se sont associées à la démarche de la FLAC.

Les personnalités

Frédéric Vitoux (membre de l’Académie Française), Didier Decoin (président de l’Académie Goncourt. Prix Goncourt), Annie Ernaux (Prix Nobel de littérature), Amélie Nothomb (romancière et membre de l’Académie Royale de langue et de littérature française de Belgique. Prix Renaudot), Christophe André (écrivain et psychiatre), Yann Arthus-Bertrand (photographe, réalisateur et écrivain), Yolaine de la Bigne (écrivain et journaliste), Stomy Bugsy (acteur et rappeur), Hélène de Fougerolles (réalisatrice et actrice), Irène Frain (romancière. Prix Renaudot), Alexandre Jollien (philosophe et écrivain), Pierre Jouventin (écrivain et éthologue), Arno Klarsfeld (juriste et écrivain), Guillaume Meurice (humoriste), Raphaël Mezrahi (acteur et humoriste), Yves Paccalet (philosophe et écrivain), Corine Pelluchon (philosophe et écrivain), Matthieu Ricard (philosophe et photographe), Renaud Séchan (auteur, compositeur, interprète).

Avant de rendre sa décision le 13 décembre, le jury européen se rendra quelques jours auparavant dans les quatre villes. La position des maires sur la corrida sera-t-elle prise en compte ?

Tribune publiée par L’Actu.