Quand les psys se penchent sur les aficionados…

Comment un individu, apparemment normalement constitué, peut-il prendre du plaisir lors d’une corrida, sans compassion, en occultant complètement la souffrance pathétique d’un animal supplicié ? Comment est-ce possible ?

Sur ce mystère pas très glorieux pour l’espèce humaine, un psychiatre et un psychologue clinicien s’expriment sur les ondes d’une station de radio. Il est vrai que pour les psys, cette culture de mort, vestige des jeux du cirque, représente une matière première non négligeable… A écouter absolument !

Nous précisons que Jean-Paul RICHIER et Joël LEQUESNE sont à l’origine d’un site de protection de l’enfance nommé PROTEC. Sa vocation : avec un collectif d’une centaine de psychiatres et de psychologues, dénoncer les effets néfastes de la corrida sur les enfants. Voir le lien ci-dessous :

Petit rappel sur ce comportement aberrant et dégradant des aficionados

Nous vous laissons juges..

Quand les psys se penchent sur les aficionados...

Le FBI reconnait le lien entre violence sur animaux et violences sur humains !

Il y a quelques semaines, le FBI américain a pris la décision de considérer comme une infraction majeure les crimes commis sur des animaux. Il s’agit là d’une reconnaissance évidente par une autorité de premier tout à la fois de la nature criminelle et cruelle des actes de sévices perpétrés contre des animaux, mais aussi du lien existant entre ces crimes et ceux commis à l’encontre d’êtres humains.

Ce lien est désormais établi par de nombreuses études et travaux. Aux Etats-Unis la « National Link Coalition » étudie et alerte sur ces actes de cruauté envers les animaux qui souvent sont le signal d’alarme indiquant l’existence ou l’apparition prochaine d’actes de maltraitance vis-à-vis d’êtres humains. Cela a notamment été mis en lumière dans le cadre des violences familiales. Eleonora Gullone, spécialiste et professeur de psychologie renommée a déclaré  : « il est incontestable que l’agression dirigée vers les animaux et l’agression dirigée vers les humains ne constituent pas deux comportements distincts : de façon prévisible, les deux comportements sont liés. (…) En fait, la maltraitance des animaux peut servir d’indicateur des autres types de violence avec une précision remarquable, qu’il s’agisse de la violence familiale, de la criminalité ou de la maltraitance des enfants. »

Cette problématique particulièrement sensible avait déjà été évoquée en France lors d’un colloque dont la FLAC était partenaire.

A tout le moins, et sans avoir besoin d’être un professionnel de la psychologie ou de la criminologie, il semble être parfaitement de bon sens d’estimer que celui qui éprouve du plaisir à battre, torturer ou tuer un animal, peut effectivement développer en lui un penchant menant à commettre des actes similaires envers des êtres humains. Si bien évidemment cela ne peut être considéré comme une généralité, le doute et le simple principe de précaution devraient conduire nos sociétés à surveiller au plus près les auteurs de tels actes, afin de prévenir non seulement la récidive mais aussi d’éventuelles futures brutalités à l’encontre d’enfants, femmes ou hommes, dans le cadre familial ou non.

Des études menées sur ce sujet ont permis d’apporter une première estimation chiffrée concernant les corrélations entre sévices visant des animaux et actes criminels à l’encontre d’êtres humains. On retiendra que les auteurs de crimes contre des animaux représentent la moitié de condamnés pour viol, la quasi-totalité des auteurs d’homicides sexuels, plus de 70 % d’auteurs de crimes sadiques récidivistes, et près de 60 % des délinquants violents !

Bien sûr, tous les auteurs d’actes violents à l’encontre d’animaux ne deviennent pas également des tortionnaires ou criminels ayant des êtres humains pour victimes. Les auteurs d’études sur ce sujet soulignent que certaines particularités émergent des observations afin de désigner comme indicateurs forts la répétition de ces comportements, ou encore le fait que l’auteur a déjà un lien avec ses victimes animale (animaux domestiques, chiens, chats)…

coupsDans le cadre de la corrida, on peut donc légitimement se poser la question du rapport entre la mise en scène et la glorification de la violence de ce spectacle, et les risques de voir ses spectateurs tendre ainsi plus facilement vers des actes de violence contre d’autres hommes ou femmes. En aucun cas, la vision d’un être vivant supplicié et mis à mort dans un but de divertissement ne peut constituer une valeur éducative pour les enfants. La corrida ne présente pas seulement la violence et la mort, elle les glorifie et fait de l’auteur de ces actes une figure exemplaire ! L’ONU a récemment émis une recommandation visant à en éloigner les enfants. Cet organisme a fort justement estimé que le fait d’inciter et d’emmener de jeunes enfants voir de tels spectacles (considérés par le code pénal comme des « actes de cruauté et sévices graves ») allait à l’encontre de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Pour les adultes, la problématique peut sembler différente. Et quant aux enfants, de nombreux défenseurs de la corrida se citent volontiers en exemple en indiquant que malgré leur présence répétée aux corridas depuis leur enfance, ils ne sont en rien des « tueurs psychopathes » ou autres « détraqués » mais au contraire des citoyens respectables et bien intégrés à leur communauté. Nous leur répondrons que le lien pointé plus haut par des spécialistes n’est en rien systématique, mais aussi que la vision des violences perpétrées par des spectateurs de corrida lors de manifestations d’opposants, qui vont de l’insulte au tabassage pur et simple, à coups de poing et de pieds, à coup de barre de fer et qui ont fait de nombreux blessés ne plaident pas en faveur de l’équilibre psychologique d’une partie des adeptes de ces spectacles barbares. Devant ces actes d’une brutalité inouïe (les aficionados ont été jusqu’à jeter par-dessus les rambardes des gradins un manifestant, gravement blessé, dans le but évident de lui occasionner le plus de dégâts physiques possibles, voire pire encore…) les autres spectateurs ne tentent pas d’y mettre un terme, bien au contraire on peut constater avec effroi qu’une partie d’entre eux encourage les auteurs de ces actes à frapper encore et encore, à aller plus loin dans la violence, y compris dans le cadre d’agressions ou menaces à l’encontre de femmes présentes qui se voient livrées à des agresseurs que la foule incite à déshabiller ou violenter leurs victimes…

On pourra visionner ces vidéos édifiantes :

Violences commises par plus de 30 aficionados à Rodilhan :

Lynchages et incitations à toujours plus de coups à Maubourguet :

rodilhanCe triste constat de la brutalité humaine, qui par sa répétition ne permet plus de penser à une dérive isolée mais au contraire à un penchant fort présent chez une partie non négligeable des habitués de la corrida, vient renforcer notre détermination à lutter contre cette pratique sanguinaire. La corrida, ainsi que la FLAC l’a toujours pointée du doigt, constitue évidemment une violence à l’encontre de l’animal, mais aussi une violence à l’encontre de l’homme, et plus particulièrement des enfants qui représentent la cible privilégiée, la plus facile et malléable du prosélytisme tauromachique. Les déclarations sur ce sujet par des pro corrida (et notamment celles effectuées lors du dernier congrès de la Fédération des Sociétés Taurines de France – FSTF) mettent l’accent sur le fait de mener des actions enfants voir une corrida. Pas de les accompagner ou de les encadrer dans le cas où ces jeunes souhaiteraient y assister de leur propre chef. Non, il s’agît là de les mener à la corrida. Il y a là une évidente volonté de prosélytisme et d’embrigadement. Ces intervenants ne sont pas là pour aider à expliquer la tauromachie à un enfant qui est décidé à entrer dans une arène, mais pour déculpabiliser les parents qui envisagent d’y emmener leurs enfants dans le but de leur faire partager et donc soutenir leur passion. La priorité n’est pas à l’éducation mais au « militantisme » tauromachique.

La décision d’un organisme tel que le FBI est donc doublement importante : pour la lutte contre les crimes à l’encontre des animaux aux Etats-Unis bien sûr, mais aussi pour témoigner sur le fait que la violence commise à l’encontre d’animaux ailleurs (en France notamment), ne sont jamais loin de celle qui peut prendre pour cible les hommes, les femmes, les enfants…

Les enfants : instruments de la corrida ?

Le Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU a émis récemment une recommandation visant à éloigner les enfants de la violence des arènes. Cette recommandation est – dans un premier temps – destinée au Portugal. Le tour de la France approche, et la présence, voire l’instrumentalisation, des enfants lors de corridas ou dans les écoles taurines sera bientôt soumise à la critique de l’organisation internationale.

Vouloir protéger les plus jeunes du spectacle de la barbarie glorifiée n’est en rien liberticide ou réactionnaire. Au contraire : notre société n’a-t-elle justement pas tout à gagner à évoluer vers plus de paix, plus de respect, moins de traumatisme, moins de cruauté ?

Doit-on également honorer et reproduire les guerres, bombardements et massacres au prétexte qu’il s’agit là d’une activité ancestrale et “historique” de l’espèce humaine, et que les enfants ne devraient pas être tenus à l’écart de ces réalités ? Serait-il donc légitime de justifier les actes terroristes à l’encontre des pays les plus riches en arguant du fait que les victimes de ces attentats ont connu pendant des années une existence particulièrement enviable et confortable en comparaison du quotidien des plus démunis de la planète ?

Nos contradicteurs adeptes des tauromachies espagnoles ou portugaises nous opposent régulièrement leur propre exemple. Combien de fois a-t-on pu entendre ou lire : “je vais voir des corridas depuis mon plus jeune âge, et je n’ai aucun problème psychologique”… Sachant qu’elle provient de personnes qui saison après saison courent dans les arènes pour savourer des spectacles d’actes de cruauté et sévices graves sur des animaux (ce sont les termes du code pénal), ou d’autres qui – on l’a hélas vu encore récemment – n’hésitent pas à agresser physiquement, frapper à coups de poings et de pieds, des militant(e)s anti-corrida, cette remarque a de quoi laisser dubitatif…

En dehors des aficionados fanatiques, il paraîtra évident à tout un chacun que présenter à un enfant pendant des dizaines de minutes, des heures, le triste et brutal spectacle d’un animal harcelé, poussé à bout, bardé de coups, ensanglanté, puis finalement mis à mort avec plus ou moins d’efficacité, le tout sous les bravos et les encouragements de la foule n’a rien d’anodin !

Le bon sens et la responsabilité parentale que nous ne dénions pas aux parents aficionados dans tous les autres domaines, ce bon sens et cette responsabilité semblent disparaître aux abords des arènes pour certains. On a pu voir ainsi circulant sur internet une vidéo édifiante présentant une petite fille (7 ans ? 8 ans ?) refusant d’entrer dans les arènes et cherchant à s’éloigner. Petite fille rattrapée par sa mère et traînée de force en direction de l’entrée où devait se dérouler une corrida !

Une émission de radio spécialisée dans la promotion de la tauromachie (et plus particulièrement de celle qui implique de supplicier et tuer)  n’hésite pas à encourager les parents aficionados à emmener leurs enfants voir des corrida. En indiquant clairement à ses auditeurs qu’il s’agit là de faire acte de prosélytisme ! Un prosélytisme indispensable selon eux pour garantir la survivance de la corrida espagnole en France… Dans d’autres domaines, ce genre d’incitation serait considérée comme la marque d’une pratique sectaire.

Ainsi que l’a fort justement souligné le professeur Hubert Montagner, un vrai “principe de précaution” devrait être appliqué pour la corrida . Il est aberrant que les images les plus brutalement réalistes de ce “spectacle” soit interdites de diffusion ou d’accès limité par un organisme comme le CSA afin de ne pas heurter les plus jeunes, et que par ailleurs on encourage les enfants à prendre part à ces spectacles dans les villes dites “taurines” (entrée gratuite pour les plus jeunes, tarifs réduits, places offertes par les organisateurs ou les municipalités, etc).

Le PROTEC, un collectif de psychiatres et psychologues, vient d’adresser une lettre ouverte au Président de la République afin de le sensibiliser sur ce sujet. Nul doute qu’il s’agît là d’un nouveau pas vers un engagement soutenu pour cette cause de la part tant des opposants à la corrida, que des professionnels et spécialistes de la psychiatrie, de la protection de l’enfance et tous ceux qui sont concernés par la lutte contre la violence et la cruauté à l’œuvre dans les arènes.

afiocbaby

Sofie, traumatisée à 5 ans dans l’arène !

25346_1248843980842_7373141_n (2)C’est le hasard qui nous a amené à faire la connaissance de Sofie. D’origine espagnole et installée dans le sud de la France, Sofie, jeune femme de 34 ans, consacre sa vie professionnelle à l’assistance aux personnes handicapées moteur. En passant devant un stand d’information anti-corrida, Sofie a voulu en savoir plus sur les actions des opposants à la corrida. Au fil de la conversation qui s’est alors engagée elle a souhaité nous faire part de son expérience enfant, lorsqu’elle a été confrontée à l’âge de 5 ans à cette pratique ultra-violente.

Nous lui avons proposé de recueillir son témoignage et de le publier. Elle a accepté sans hésiter, espèrant que son récit puisse ainsi servir à d’autres.
– Quel âge aviez-vous lorsque vous avez été confrontée à une corrida ?

J’avais 5 ans.

– Avez vous été entrainée à y assister par un ou une proche ?

C’est ma tante qui vit en Espagne depuis toujours qui a eu cette “excellente” idée pour passer un aprèsmidi !

– Pouvez vous nous décrire ce que vous y avez vu, du moins vos souvenirs ?

Évidemment je ne me souviens pas de tout. J’ai des images flash de ce qui m’a le plus choqué. Il faisait très chaud, il y avait beaucoup de monde, c’était compliqué de s’asseoir…

Un taureau est entré dans l’arène. Moi, tout ce que je comprenais, c’était qu’un homme le poursuivait… Lorsqu’il a planté la première banderille, je me suis mise à hurler et à pleurer. Ma tante a été obligée de me sortir et de me ramener à la maison.

– Vous a-t-on expliqué à l’époque ce qui se passait dans l’arène ? Ce qu’il en était du taureau ? Les raisons de ce spectacle ?

Oui on ma dit “tu vas voir c’est très joli, c’est un beau spectacle. Les enfants s’amusent beaucoup”…

– Quel impact cela a-t-il sur vous ensuite ?

Une hypersensibilité par rapport à tous les actes de cruauté envers les animaux. Ça a été la source de nombreux cauchemars durant toute mon enfance.
Et j’ai aussi ressenti de la colère… envers les hommes qui pratiquent cette barbarie. Et de l’incompréhension.

– Quelles sont vos impressions aujourd’hui quand vous repensez à cette expérience ?

Je pense que c’est un endroit totalement inadapté pour un enfant. Cela peut créer de graves traumatismes ou rendre les enfants avides de combats et de maltraitance animale.
Tous les actes de cruauté envers les animaux représentent des images difficiles à effacer.

– Que pensez-vous des parents qui emmènent leurs jeunes enfants assister à une corrida ?

Je n’aime pas juger les gens. Mais je pense quand même qu’il y a des sorties beaucoup plus adaptées… Si la barbarie et la souffrance ne posent pas de problèmes aux parents… voir agoniser un animal qui n’a rien demandé… pour quoi faire ? Pour le plaisir !

L’enfant doit en retenir quoi ? Que le sadisme fait partie de la nature humaine ? Pitié…

– Certains aficionados incitent publiquement (notamment via une émission de radio) les parents à emmener leurs enfants voir des corridas, en expliquant qu’il s’agît là d’un geste de prosélytisme pour l’avenir de la tauromachie et que la corrida est une école de la vie pour les enfants. Trouvez-vous cette attitude responsable ?

Non pour les raisons que j’ai évoquées plus haut.

Je suis Catalane : en Catalogne les corridas sont interdites. On ne les justifie plus par le folklore ou la tradition. C’est fini.

“Une école de la vie”… Ces gens sont fous.

– Récemment, une commission de l’ONU a émis une recommandation (à destination du Portugal, mais le tour de la France viendra…) visant à éloigner les enfants des corridas ainsi que des écoles taurines. Pensez vous qu’une initiative émanant d’une organisation reconnue et aussi importante que l’ONU puisse faire évoluer les mentalités sur ce sujet ?

Oui. Je le souhaite de tout coeur. Je trouve aberrant et lamentable qu’il y ait des corrida en france, ainsi que des écoles taurines. Nous ne sommes pas en Espagne ; si, là bas, on peut éventuellement parler de tradition, je ne vois pas le rapport en France ! J’espère que les mentalités changeront, mais je suis consciente qu’il y a beaucoup de chemin à parcourir.

Merci Sofie.

Si la préservation des enfants face à la violence et aux images de grande cruauté parait être une valeur partagée par tous, dès que l’on en vient à aborder la problématique de l’accès des enfants à la corrida, nombre d’aficionados (pourtant eux mêmes concernés, père, mère, grand-père ou grand-mère) oublient immédiatement toutes ces considérations pour faire de la barbarie tauromachique une “exception” qui n’aurait pas à être concernée par ces considérations de morale, d’éthique et de respect de la sensibilité des enfants. Bien au contraire, certains aficionados mettent en avant une valeur éducative apportée par le spectacle de veaux ou jeunes taureaux torturés, battus et mis à mort ! Là où tout voudrait que l’on éloigne les personnalités les plus fragiles et influençables de spectacles faisant l’apologie de la violence, ces valeurs de simple bon sens éducatif sont balayées du revers de la main dès que l’on aborde la présence des enfants dans les arènes.

Dans une interview accordée au Midi Libre, le professeur Hubert Montagner (membre du comité d’honneur de la FLAC) abordait ce sujet et déclarait :

“Il est évident que le spectacle de la corrida est une forme de violence pour les plus vulnérables, pour les plus fragiles, pour ceux qui sont dans l’insécurité affective. Avec mes collaborateurs, au cours d’une partie de nos recherches sur les interactions entre l’animal familier et l’enfant, nous nous sommes rendu compte à quel point un enfant peut être en détresse, inconsolable, dès lors qu’il voyait que son animal était maltraité. (…)

L’enfant est spectateur des blessures et des souffrances qui sont infligées au taureau qui n’a rien demandé. Cela trouble beaucoup d’enfants. C’est très destructeur en ce qui concerne la perception que l’enfant a des animaux et aussi la perception qu’il peut avoir des relations entre les hommes et les animaux. Ce n’est pas cela qui peut lui donner confiance dans les relations humaines. Je ne vois pas ce que cela peut lui apporter dans son développement vers l’âge adulte. (…)

Il est du devoir de la société humaine de soustraire les enfants aux spectacles de violence. “

Le témoignage de Sofie est là pour confirmer les propos du professeur Montagner. Il renforce encore notre détermination à obtenir l’interdiction de la corrida aux enfants de moins de 16 ans, et notre dénonciation des scandaleuses écoles taurines, où l’on enseigne aux enfants à torturer et mettre à mort des animaux.

Nous vous invitons à lire également le témoignage de Marina

Censure et pornographie taurine !

Du 2 au 8 août prochain, une exposition tauromachique aura lieu à la salle des Hyppocampes à Valras-Plage.

Seulement voilà, comme vous pourrez le constater grâce à cet article d’Hérault Tribune, le pastel “Pourquoi ?” du peintre agathois Thierry Hély y sera scandaleusement censuré !

Quelques semaines auparavant, du 16 au 20 juillet, une même exposition se déroula à la salle Toréart de Mont-de-Marsan. Mais avec comme unique exposant, le peintre de renom Jean-Paul Chambas. Parmi ses oeuvres, on pouvait y voir des dessins d’une obscénité inouïe et particulièrement dégradants pour l’image de la femme… A tel point que nous n’osons même pas vous les décrire… Et cela, sans précaution, à la vue des enfants qui pouvaient assister à cette exposition. Quelle image de la femme vont-ils  retenir ? 
Mais là, point de censure…

Conclusion :  à Valras-Plage, la seule question “Pourquoi ?” déchaîne les foudres de la censure, et à Mont-de-Marsan, des dessins obscènes et avilissants, sous prétexte mythologique d’enlèvement de l’Europe par Zeus, sont acceptés et exaltés !

Il faudra que les aficionados et leur étrange univers mental nous expliquent cette aberration absolue ?

Ci-dessous :  grâce à un lien, quelques échantillons de ces dessins en question, puisqu’ils étaient publics, avec deux articles consacrés à cette censure et à ces illustrations de Jean-Paul Chambas qui réjouiront au plus haut point les féministes…

1432

Revue de presse