Aurore Bergé signe le manifeste de la FLAC

Nous avons le plaisir d’annoncer qu’Aurore Bergé vient de signer le manifeste de la FLAC demandant l’interdiction d’accès pour les mineurs de moins de 16 ans aux corridas et par conséquent, aux écoles de tauromachie. Aurore Bergé est députée et porte-parole de LREM.

Issue d’une famille de comédiens, elle est titulaire d’un master Affaires publiques de Sciences Po Paris. Après avoir milité au sein de la droite, elle rompt avec ses leaders en raison principalement de son engagement en faveur du mariage gay et de l’adoption par des couples homosexuels.  Elle est élue députée LREM en 2017 avec, entre autres, le soutien de Nicolas Hulot et d’Erik Orsenna.

Sa prise de position publique sur France Info fin août 2019 en faveur de l’interdiction d’accès aux corridas pour les mineurs a reçu un impact médiatique considérable. “J’aimerais a minima qu’on puisse interdire la corrida aux mineurs […] Il faut avancer là-dessus”, a-t-elle souligné.

Elle est membre à l’Assemblée de la commission des Affaires culturelles et de l’Education et de plusieurs groupes d’études dont celui consacré à la Condition animale.

Cédric Villani signe le manifeste de la FLAC

Nous avons le très grand plaisir d’annoncer que Cédric Villani vient de signer le manifeste de la FLAC demandant l’interdiction d’accès des moins de 16 ans aux corridas et par conséquent l’interdiction des écoles de tauromachie. Il confirme ainsi son engagement, déjà montré au sein du groupe d’étude Condition animale présidé par Loïc Dombreval à l’Assemblée, dont l’une des vice-présidentes est Samantha Cazebonne.

Avant d’embrasser une carrière politique au sein de LREM et de présenter sa candidature à la mairie de Paris pour les prochaines municipales de 2020, Cédric Villani est devenu mondialement connu en tant que mathématicien. Titulaire en 2010 de la prestigieuse médaille Fields (équivalent du prix Nobel pour les mathématiques), il a plus précisément travaillé sur les problèmes issus de la physique statistique, de l’optimisation et de la géométrie riemannienne.

Il est issu d’une famille d’universitaires de haut niveau et d’artistes réputés. Concernant son parcours scolaire, ce surdoué a toujours eu les notes maximales en mathématiques dès le collège et a eu son Bac C avec 18 de moyenne générale. Il a été directeur de l’Institut Henri-Poincaré de 2009 à 2017, date à laquelle il a démissionné de son poste après avoir été élu député. Il est également membre de l’Académie des sciences, du Conseil stratégique de la recherche et du Conseil scientifique de Wikimédia France. Depuis 2010, il s’est investi dans la vulgarisation scientifique et mathématique au travers de diverses initiatives visant le grand public.

Des droits constitutionnels pour les animaux

Un article d’Arno Klarsfeld – Aux dernières élections, la liste “animaliste” a réalisé un score égal à celui du parti communiste français. La sensibilisation à la cause animale a pris ces dernières années dans la plupart des pays occidentaux un essor considérable. Il en est de même en France.

En février 2015, l’Assemblée nationale a reconnu que les animaux étaient des «êtres vivants doués de sensibilité».

Selon les sondages (IFOP février 2018) plus de 2/3 des Français estiment que les animaux sont mal défendus par les politiques, que les peines prononcées pour mauvais traitements envers les animaux sont insuffisamment appliquées et près de 9 Français sur 10 se disent hostiles à l’élevage intensif et les vidéos de maltraitance dans certains abattoirs révélées par certaines associations de protections des animaux ont ému la vaste majorité des Français.

Les considérations économiques, notre mode de vie, les passions de certains doivent aujourd’hui s’harmoniser et s’adapter sans conflit, sans violences et dans le respect de chacun avec cette empathie envers les animaux qui n’existait pas autant il y a quelques décennies encore.

Il y a quelques années le Conseil constitutionnel a jugé à propos de la corrida que bien que l’article 521-1 du Code pénal réprime les actes de cruauté envers un animal domestique ou tenu en captivité, cet article exclut l’application de ces dispositions aux courses de taureaux, dans les cas où une « tradition locale ininterrompue » peut être invoquée. Ces pratiques traditionnelles reconnues par la loi «ne portent en effet pas atteinte à un droit constitutionnellement garanti». Cette défaite pour les défenseurs des animaux leur a pointé la voie à suivre pour l’avenir : si l’on veut être efficace pour la protection et la dignité des animaux, alors leurs droits – ou au moins certains droits, doivent être constitutionnellement garantis.

La règle légale sur les corridas les autorisant, si une «tradition locale ininterrompue peut être invoquée», est vouée à disparaître. Elle rappelle trop la règle en vigueur aux Etats-Unis avant la guerre de Sécession, autorisant l’esclavage là où il avait existé, mais en excluant les nouveaux territoires ouverts à la colonisation. On sait que c’est mal, on sait que ces coutumes viennent d’un temps où l’on pensait que l’animal comme l’esclave n’avaient pas de conscience, mais on laisse perdurer car on craint un conflit ouvert.

Pendant longtemps, on a pu maltraiter les animaux en se fondant sur la croyance qu’ils n’étaient que des machines sans conscience. Entre Pythagore, qui pensait que les hommes se réincarnaient dans les animaux et les animaux dans les hommes, et Aristote, deux siècles plus tard, qui professait que les animaux étaient dénués de pensée, de raison et de logique : c’est Aristote qui l’a emporté.

Pendant 2 000 ans, les animaux n’ont eu aucun droit. Ils étaient des «choses» ainsi qu’il fut perçu par le Code civil de 1804. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle (1850 par la loi Grammont) que l’on a interdit en France les sévices infligés aux animaux lorsque ces sévices étaient infligés publiquement. Jusque-là, ce qui était interdit, et cela dès 1791, c’était d’infliger de mauvais traitements aux animaux d’autrui, ce n’était pas l’animal qui était consacré mais le droit de propriété. L’animal demeurait une chose. S’il était un caniche chouchouté par son maître, c’était un meuble par nature, un cochon que l’éleveur allait égorger, il était immeuble par destination, et un cerf bramant dans la forêt : un res nullius, une chose sans maître, sans propriétaire que l’on pouvait s’approprier avec un fusil et un permis de chasse. L’animal n’existait que par rapport à l’homme, et son statut juridique se modifiait selon le regard jeté sur lui. L’acte de cruauté infligé à l’animal est devenu condamnable même s’il n’était pas infligé publiquement par un décret du 7 septembre 1959. L’animal n’était pas un «sujet de droit» mais il commençait à avoir des droits.

Des vents juridiques favorables aux animaux commencent à souffler : le 15 mai, la Haute Cour de New Delhi, dans une affaire de trafic d’oiseaux retenus dans de «petites cages» et vendus «en dépit du droit constitutionnel des animaux de vivre avec dignité», décidait que ce commerce était en violation du droit des oiseaux et que ces oiseaux «avaient un droit fondamental à voler dans le ciel» et devaient être libérés.

En décembre 2013, un tribunal argentin avait reconnu le droit de vivre en liberté à une femelle orang-outan, résidente du zoo de Buenos Aires depuis vingt ans, en considérant l’animal comme «une personne non humaine».

Si l’homme a une conscience, il en va de même de l’orang-outan emprisonné, du taureau martyrisé dans l’arène ou du renard affolé et déchiré vivant par les chiens, pour le plaisir de chasseurs à courre indifférents à la souffrance animale.

Oui, les animaux ont des droits et le meilleur moyen de les protéger est de garantir une partie de ces droits constitutionnellement. La France ne serait pas le premier pays à consacrer ainsi la protection des animaux, trois pays frontaliers l’ont déjà fait : l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg. Plus loin de nous, la Constitution de l’Inde assure un devoir de compassion envers les animaux et celle du Brésil prohibe la cruauté.

Assurer les animaux constitutionnellement contre une inutile cruauté aurait aussi sans doute pour conséquence d’interdire l’abattage rituel pour la viande casher ou halal si l’animal n’est pas préalablement étourdi. Si l’on doit manger de la viande, la moindre des reconnaissances, c’est d’abattre l’animal en lui causant le minimum de souffrance. Ce n’est pas là une question de laïcité mais de compassion. Il ne s’agit pas d’élever l’animal comme l’égal de l’homme au regard de la loi même s’il l’est au regard de l’univers. Il s’agit d’assurer aux animaux qu’ils soient domestiques, sauvages ou élevés pour finir dans notre assiette une indispensable dignité. Ils y ont droit : ils aiment, souffrent, ressentent du bonheur et de la tristesse et rien ne les distingue de nous sinon un degré d’évolution encore que relatif.

De nombreux hommes politiques aiment la chasse, la corrida, et ne veulent pas de conflits avec les éleveurs ou les abattoirs mais ils aiment encore plus être en phase avec l’opinion publique. Deux sensibilités vont s’affronter de plus en plus dans les années à venir. Ce n’est que le début… Améliorer le sort des hommes n’empêche pas d’améliorer le sort des animaux d’autant que cela ne coûte rien au budget de l’État.

Arno Klarsfeld, membre du Comité d’honneur de la FLAC
Avocat, Conseiller d’Etat

Les mineurs et la tauromachie au coeur des débats du Colloque Protection de l’Enfance du 17/10/19

Colloque international Protection de l’Enfance à l’Assemblée nationale (Paris), organisé par Samantha Cazebonne le 17 octobre 2019.

Une table ronde sera dédiée à la question des mineurs exposés aux maltraitances animales, et en particulier à la violence de la tauromachie et des écoles taurines.

Plusieurs intervenants prendront la parole autour de ces questions, dont Roger Lahana (président de No Corrida et secrétaire fédéral de la FLAC), Jean-Paul Richier (fondateur du collectif Protégeons les enfants des corridas, Matthieu RicardNúria Querol Viñas, ainsi que, dans une autre session, Sara Oviedo, ex vice-présidente du Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU à qui on doit les recommandations d’interdiction d’accès à la tauromachie pour les mineurs dans plusieurs pays dont la France.

Inscription (obligatoire) avant le 5 octobre 2019 sur http ://www.samantha-cazebonne.com/colloqueenfance

La cause anticorrida présente au cœur des Journées d’été de EELV à Toulouse !

Durant ces trois jours, notre cause éthique fut étalée au grand jour et sans concession. Un grand merci à Europe Écologie Les Verts de nous avoir permis de l’exprimer ! Et pardon d’avoir choqué, par nos descriptions de toutes ces atrocités, un certain nombre de visiteurs et d’élus venus nous rencontrer sur notre stand. Mais il faut dire la vérité !  Exemple :  nous avions eu la riche idée d’apporter l’extrémité de l’effroyable pique du picador. Il fallait voir leur expression saisie de stupeur à la découverte de cet instrument de torture. A fortiori quand nous expliquions que celle-ci pouvait pénétrer, en vrillant, jusqu’à 14 cm de profondeur dans la chair du taureau afin de l’affaiblir et de le faire souffrir le plus possible. Et comble de l’horreur, devant des enfants souvent apeurés et effrayés par tout ce bain de sang… Sans parler des pauvres chevaux de corrida, qui, eux aussi, paient un lourd tribut dans cette barbarie indigne d’un pays civilisé.

Les trois ministres en exercice assistant à des corridas furent également évoqués ainsi que le souhait de la porte-parole de LREM d’interdire l’accès des moins de 16 ans dans les arènes lors de corridas. Le formidable travail de One Voice, vidéo à l’appui, dénonçant les écoles taurines où l’on apprend à de jeunes de toreros dès l’âge de 13 ans à torturer à mort de jeunes animaux fut aussi soigneusement expliqué. Autre aspect qui intéressa certains enseignants en histoire : la proximité de la corrida avec le franquisme… Ces spécialistes ne le démentirent jamais… L’ancienne ministre, Delphine Batho, demanda à ce qu’on lui  adresse des documents sur Victor Hugo et Emile Zola, entre autres, attestant leur opposition à la corrida. Deux représentantes des associations membres de la FLAC, FLAC 66 et CCAC étaient venues nous rejoindre pendant une demi-journée. A cette occasion, elles mirent en exergue les scandaleuses subventions publiques accordées aux corridas. Un tract de No Corrida (membre de la FLAC), très pertinent, était également sur notre stand.

Nous avons eu la chance d’avoir à nos côté pendant une journée un reporter qui tournait un long documentaire sur la cause animale. Mais là, en la circonstance, il se consacra uniquement à la corrida… Avec des interviews décapants et particulièrement indignés d’un certain nombre de personnalités politiques : Damien Carême, Claude Gruffat, Jacques Boutault et Gérard Onesta.

Quant à moi, j’ai pu intervenir lors d’un atelier consacré à “L’empathie et le respect des animaux chez les enfants”. Et bien évidemment, j’ai évoqué ces enfants spectateurs ou acteurs de corridas à qui l’on apprend à martyriser légalement et de la manière la plus cruelle certains animaux dans les arènes…

Je tiens à remercier particulièrement Martial Mouqueron, adhérent EELV/Amiens, qui resta avec moi pendant ces 3 jours. Grâce à lui, qui connait parfaitement ce mouvement politique et ses visages, j’ai pu m’entretenir avec beaucoup de parlementaires de manière très constructive. D’autant que lors d’une seule journéee, nous avons pu compter jusquà 2000 personnes !

Liste des personnalités signataires à l’occasion de ces Journées de EELV (par ordre alphabétique) :

  • Delphine Batho (Députée et ancienne ministre)
  • Damien Carême (Député Européen)
  • David Cormand (Député Européen et Secrétaire national de EELV)
  • Benoît Biteau (Député écologiste au Parlement Européen. Paysan)
  • Brigitte Gothière (Directrice de L214)
  • Rosy Inaudi (Conseillère Départementale des BDR)
  • Ingrid Levavasseur (Ancienne Figure des Gilets Jaunes)
  • Eric Piolle (Maire de Grenoble)
  • Inès Rau (Mannequin/Top Model/Ecologiste)
  • Sandra Regol Porte-parole nationale de EELV)
  • Michèle Rivasi (Députée Européenne)
  • Caroline Roose (Députée Européenne)
  • Mounir Satouri (Député Européen)
  • Nicolas Thierry (Elu Régional Nouvelle-Aquitaine)
  • Marie Toussaint (Députée Européenne)
  • Claude Gruffat (Futur Député Européen après le Brexit)
  • Véronique Vinet (Conseillère Régionale Occitanie)

Nous rappelons que Yannick Jadot était déjà signataire.

Je terminerai sur une petite note d’émotion :  sur une estrade en plein air, Yannick Jadot et Allain Bougrain-Dubourg conversaient au micro face au public. A la fin, Yannick Jadot demande à Allain Bougrain-Dubourg de clore avec une anecdote. Petit flottement de la part d’Allain… Je lui souffle, Théodore Monod, toi qui l’as bien connu ! En effet, me répond-il. “Quatre jours avant son décès, j’étais dans sa chambre au bord de son lit. Il avait ses petites lèvres gercées, et son visage creusé par l’âge et ses innombrables traversées du désert. Il m’a serré une dernière fois mon poignet en me disant : il faut toujours marcher, toujours, toujours… En même temps, j’observais les yeux de Yannick Jadot. L’émotion était palpable… Nous rappelons que Théodore Monod est le président d’honneur de la FLAC.

“La corrida est le symbole cruel de l’asservissement de la nature par l’homme”. Théodore Monod.

Encore merci à EELV de nous avoir accueilli avec tant de chaleur et bienveillance. Et n’oublions jamais que cette pratique cruelle n’a jamais connu un tel déclin !

Thierry Hély
Président de la FLAC
http ://flac-anticorrida.org/